20 février 2018

Les oiseaux de passage

Le soleil s'est levé et Ti'Amaraa s'en est allé
Nous avons quitté  les San Blas...


À l'horizon, ces joyaux de sable et de verdure renferment sur eux leur écrin de mystère.




Sur l'une, nous laissons le sourire d'une enfant.
Sur l'autre, l'écho des éclats de rire abandonnés sur les plages dorées au fil des beaux moments partagés.
Sur une autre encore, le souvenir de ces instants naturellement présents savourés sans overdose.








Les San Blas auront été pendant des mois le réceptacle de nos rêves et de notre vie.
La croisée des chemins, le rendez-vous des belles rencontres. 




Si vous cherchiez un article version Mode d'emploi sur ce célèbre archipel, nous avons le regret de vous annoncer que nous n'allons pas vous l'offrir cette fois-ci. 
Pourquoi ? 
Parce que cette escale ne peut se résumer en un énoncé de points GPS ou autres ficelles permettant de profiter de la beauté des lieux. 
Parce que nous laissons à Wikipedia ou à l'excellent guide nautique d'Éric Bauhaus (indispensable pour musarder dans le coin) le soin de répondre à vos questions historiques ou pratiques (qui de plus changent si souvent)

Parce que si vous voulez apprécier cette parenthèse hors du temps que seront les San Blas, il faut justement le prendre ce temps. 
Si vous avez avalé une montre, et que vous n'êtes pas dans la contemplation, vous n'en extrairez pas le nectar délicieux qu'elles peuvent offrir.



Nous avons aimé nos journées ''déconnectées'' dans les mouillages désertés. 
Nous avons aimé partager des bouts de vie de ces indiens à la fois rebelles et attachants.
Nous avons aimé les nuits illuminées par des milliers d'étoiles durant lesquelles raies et dauphins venaient danser avec Ti'Amaraa. 
Nous avons tant aimé qu'on ne peut l'écrire. Aucun mot ne pourra traduire notre vie dans cette bulle d'humanité et d'authenticité. 

Mais, nous sommes des oiseaux de passage. Les même si bien décrits dans le poème de Jean Richepin et chanté par le grand Georges. 
Nous les ''assoiffés d'Azur'', notre bonheur est dans le chemin.






Certains quotidiens sécrètent un ennui si doux qu’il en devient anesthésiant. Sens et sentiments sont exacerbés dans notre capsule de bonheur. L'heure n'est, par conséquent, pas à la mélancolie. Simplement à la reconnaissance. Nous ne pouvons être tristes d'avoir vécu quelque chose de beau.
Parmi cette communauté inoubliable, nous avons refait le niveau du carburant qui alimente notre voyage : la liberté. 
D'ailleurs, nous avons demandé à nos amis la traduction de Ti'Amaraa, la liberté en Kuna.... 
Ce mot n'existe pas dans leur langage. Et pour cause, la liberté est un acquis ici. Elle ne se nomme pas.






3 février 2018

Nous ne vous oublions pas


 Nous nous laissons juste porter par la beauté et la douceur de vivre de l'escale faiblement connectée qu'est l'archipel des San Blas. 

On revient très vite avec un debrief... Et même une vidéo. 
À bientôt 




4 janvier 2018

Une année pacifique

Nous vous souhaitons une année à vivre intensément, à savourer passionnément, à partager abondamment, à aimer tout simplement. 

Merci pour tous vos vœux. S'il nous manquait une once de raison pour continuer, on viendrait la puiser dans vos beaux messages. 



Nous avons accueilli cette nouvelle année pacifique au cœur de nos San Blas sauvages accompagnés des amis que la vie a mis sur notre chemin en ce 31 décembre 2017.
8 humains, 8 vies. 
Bien décidés à célébrer ensemble le bonheur d'être là et de jouir de l'instant présent. 
Ti'Amaraa résonne encore des éclats de rire, des bouchons qui sautent, des notes de musique et des pas de danse. 
Oui Messieurs Dames, on peut tomber la chemise, danser des rocks ou la Macarena sur le pont d'un Lagoon 39... et même la chenille 😂. 
Encore un beau moment sous le signe de l'Amour et de l'Amitié. 

L'équipage est paré pour la suite de l'aventure vers l'ouest. Le hasard de nos lectures nous a fait poser le regard sur cette citation de Novalis en ces premiers jours de 2018... 

"Le destin, c’est le caractère"

 En avant Ti'Amaraa ⛵⛵



20 décembre 2017

Ainsi s'achève 2017

Décembre... Déjà...
Bien que cette année ait mal commencé, ce millésime 2017, avec son lot de mésaventures et de mauvaises nouvelles, gardera une place particulière dans nos cœurs.


La liberté et le bonheur ne sont pas définitivement acquis. Il faut se battre pour les conserver. Les apprécier jour après jour même lorsque tous les indicateurs extérieurs sont au rouge.
Ne pas résister, accepter, se relever. Il est ainsi. Rien ne sert de s'opposer, le destin trace le chemin. 
Après un piratage et un foudroiement en 6 mois, Ti'Amaraa et son équipage ont rebondi et sont prêts pour la suite. Nous ressortons grandis, unis, encore plus déterminés, les cœurs en paix débarrassés de la rouille que sont l'amertume et la rancœur. 



Nous avons trouvé en chemin ce que nous sommes partis chercher : le mana de Ti'Amaraa, notre vie libre. 

Aujourd'hui, nous sommes libres de choisir notre quotidien, notre route. C'est notre luxe, notre richesse. 
Nous sommes un petit maillon de cette nature purifiée éternelle dans laquelle le ciel et la mer n'ont pas de frontière.
Nous logeons dans un hôtel à dix milliards d'étoiles. Soirs et matins, nous posons les yeux sur l'espace aux perspectives dégagées avec toujours le même enthousiasme. Nous vivons en symbiose avec les éléments dans une explosion de sensations et de couleurs. 




Nos compagnons, dauphins, fleurs et oiseaux tropicaux. 
Notre drogue, l'été sans fin. 
''Chez nous'' est là où l'ancre se pose au milieu de notre jardin appelé horizon. 
Aucune monnaie au monde ne peut acheter le bonheur de vivre ensemble cette vie.
L'effet mer est justement sans fin.



Nous vivons libres simplement ou simplement libres.
L'avantage de traverser les années avec peu est que l'on apprend à mener une vie intéressante sans nourrir des besoins incessants. 
Nous ne sommes attachés par aucun sponsor, ni "patronage" qui pourraient influencer la philosophie du bord. C'est aussi ça qui fait notre liberté. Ne pas être pris au piège d'une médiatisation non contrôlée ou obligée qui ternirait la spontanéité de nos échanges. 
Nos articles blog et presse sont du pur partage. Il n'y est pas question d'ego, ni de course aux clics, aux followers ou au buzz. Il n'y a d'ailleurs pas de course du tout. Simplement l'envie d'offrir un bout de notre quotidien. La vie est bien plus riche lorsque l'on partage en toute générosité ce que l'on a appris. 

Certains nous demandent d'ailleurs un premier bilan ''Atlantique/Caraïbe'' avec la question la plus fréquente :
- Et si c'était à refaire? 
Tout pareil 😉
Nous choisirions le même bateau avec les mêmes équipements et la même équipe de préparateurs. 
On adooooore notre Lagoon 39 by Chemins d'Oceans. 




Quant à la route, nous ne sommes pas du genre à avoir des regrets. Nous avons tout aimé. Les chaleureux marocains, les discrets guatemaltèques, les courageux colombiens en passant par les volubiles Kwéoles... Toutes  les belles âmes rencontrées sont les touches colorées qui embellissent le livre de notre voyage. 
Difficile de faire un choix parmi nos presque 4 ans d'escales. 
Sur quels critères ? 
Celles où un bout de nos cœurs est resté en consigne chez les copains ? Non trop personnel. 
D'ailleurs, c'est quoi une chouette escale ?... 
Après moultes réunions du bord, on a écrit, rayé, décalé, effacé. Chacun ayant ses chouchous.
À côté l'élection de Miss France c'est du pipeau 😂. 
Voilà donc notre Top 5 des spots de plongée et le Top 10 de nos escales préférées, celles ayant allié les critères majeurs :
- la beauté des lieux
- la liberté sur l'eau
- l'art de vivre 
- le coût de la vie 

Top 10 de nos plus belles escales de La Rochelle à Panamá :

1 San Blas, Panamá 
2 Los Roques & Los Aves, Venezuela 
3 Tobbaco cay, Belize
4 Grenadines, West Indies
5 Englishman bay, Tobago
6 Río Dulce, Guatemala 
7 Cartagena et les 5 baies, Colombia
8 Anse Caritan, Martinique
9 Chacachacare, Trinidad
10 Playa de la Francesa, La Graciosa Canaries

Top 5 dive spot :
1-Grand Cayman
2- Los Roques, Venezuela 
3- Bonaire
4- Grande Anse d'Arlet, Martinique
5- Réserve Cousteau, Guadeloupe

Nous sommes en veine puisque c'est justement dans l'escale médaille d'or que nous glissons en douceur vers 2018 sous le signe de l'Amitié.
Quel plaisir de faire découvrir ce paradis à ceux qui nous offrent un bout de leur précieux temps libre.
Merci à vous qui avez fait le chemin jusqu'à nous et vous qui préparez vos valises.







À l'aube de ce nouvel océan qui se dessine, nous avons du mal à réaliser le chemin parcouru. 
Le canal de Panamá !!! 
Ti'Amaraa y présentera ses étraves dans quelques mois. Lorsque nous lisions les récits de ceux passés avant nous (Banik, Étoile de lune...), nous fantasmions. Nous y voilà. Il va y avoir de l'émotion dans l'air. 
Accompagné par l'armada gauloise que le fil des amitiés nautiques a tissé mile après mile, notre valeureux cata va passer les portes du grand bain que l'on espère Pacifique. 
De nouveaux panoramas et de nouvelles aventures nous attendent. 
Restez connectés 👍
Et si vous voulez vivre notre quotidien en live, Ti'Amaraa vous accueillira là bas au Fenua l'année prochaine. 
Enfin pas en juillet, car nous sommes déjà bookés. 😉
Bon ben, y a plus qu'à traverser ⛵



Passez de très bonnes fêtes !!!
Soyez heureux !!  ❤️